open
Klik hier voor een virtuele rondleiding in het Belfort van Gent
Gandante

 

HISTOIRE

Le Beffroi

Le beffroi fut autrefois le symbole de l'autonomie et de l'indépendance de la ville de Gand. La construction commença en 1313. Le beffroi assuma plusieurs fonctions au cours des siècles.

Depuis 1402, les privilèges municipaux étaient conservés dans un coffre dans le "secret" du beffroi. Le dragon, qui se trouve depuis 1377 sur la flèche de la tour, ne veillait pas seulement sur la ville, mais était aussi le trésorier symbolique du beffroi.
En 1539 tous les privilèges furent transférés à la Cour des Comptes de Lille. Ce ne fut qu'en 1578, sous le régime calviniste et au sommet de la lutte contre le roi espagnol Philippe II qu'ils furent rapportés à Gand et conservés à l'hôtel de ville. Depuis 1633, le "secret" ne servait plus qu'à conserver les archives de la guilde de saint Michel.

Jusqu'en 1442, la tour de croisée de l'église saint Nicolas fit fonction de tour de guet de la ville. Après cette date, les gardiens montèrent au Beffroi, désormais terminé. Ils  remplirent leur rôle jusqu'en 1869, ensemble avec les sonneurs de cloche. Avec les six trompettistes et les joueurs de chalumeau ils formèrent le corps des "hommes vigilants" de la ville. Le principal danger pour la ville était le feu.

Initialement les cloches furent utilisées exclusivement à des  fins religieuses. Par le développement des villes, les cloches acquirent de plus en plus de fonctions dans la vie quotidienne. le tocsin, surnommé "cloche Roland", qui fut suspendu dans la première tour du beffroi en 1325, fonctionna également comme horloge dès 1378.  Sa sonnerie fut précédée d'un signal d'avertissement produit par trois petites cloches d'un ton différent. L'ensemble fut appelé quadrillon et est à la base du carillon que nous connaissons aujourd'hui.
Au fil des années, le carillon se développa.  Il compta 53 cloches après la restauration de 1982. En 1993 le clocheton Roland finit par compléter l'ensemble avec sa sonnerie étincelante.

Unesco

En 1972 l'Unesco a établi la 'convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel'  afin d'aider au maintien du patrimoine mondial. La Convention garantit la protection de monuments et paysages considérés comme ayant une valeur universelle exceptionnelle. L'Unesco a réalisé une liste du patrimoine mondial, qui  regroupe des sites culturels et naturels à travers le monde.
Le 1r décembre 1999, le comité du patrimoine mondial de l'Unesco décida de mettre sur cette liste les 24 beffrois flamands et les 6 beffrois wallons. L'on argumenta qu'avec leur architecture urbaine, les beffrois correspondaient aux besoins politiques et spirituels de leur époque.